home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

NEWSde Jacques Ducret
Novembre 2002
Les adieux aux Charmilles : de Jacky Fatton à Patrick Muller

Libéré enfin de toute crainte, le FC Servette s'apprête à vivre sereinement mais aussi intensément son match d'adieu au stade des Charmilles, le dimanche 8 décembre contre les Young Boys. Cette ultime rencontre permettra au public d'applaudir des générations de joueurs qui ont marqué l'histoire du club.

Ce défilé des vieilles gloires revêtira un aspect émouvant. Les organisateurs de ce cérémonial ont fait un choix judicieux en demandant à Jean-Jacques Tillmann d'être le speaker de service. Le célèbre commentateur de la TV est l'homme de la situation. Gamin, il peut se vanter d'avoir vu dans les années quarante l'une des plus spectaculaires équipes servettiennes, celle qui présentait un quintette d'attaque inégalable avec Belli, A. Facchinetti, Tamini, Pasteur et Fatton. C'était le temps béni du "tourbillon". Par leurs permutations incessantes, les poulains de l'entraîneur Fernand Jaccard déboussolaient les défenseurs adverses et remportaient haut la main le titre de champion suisse en 1946. Jacky Fatton, le fer de lance, représentera ce team de rêve ce dimanche 8 décembre. A 77 ans, il est encore un spectateur assidu aux Charmilles, à l'exemple de son coéquipier d'antan Marcel Mouthon (80 ans).

Dans un passé plus récent, Raymond Maffiolo (64 ans) démontra un attachement à ses couleurs qui hélas n'a plus cours. Pendant vingt ans, de 1950 à 1970, cet authentique international ne commit pas la moindre infidélité à son club. Arrière latéral véloce et clairvoyant, il débuta à 18 ans en équipe première. Il vécut ses meilleures années sous la houlette de Jean Snella avec la conquête de deux titres nationaux (1960/61 et 1961/62).

Il eut pour partenaires Jacques Desbaillet, l'actuel président des "anciens du FC Servette", mais aussi Jackie Barlie, qui pendant huit saisons, de 1964 à 1972, défendit la cage servettienne. Depuis une douzaine d'années, comme entraîneur des gardiens puis dans le rôle de coach, Barlie est redevenu un personnage incontournable aux Charmilles.

Des footballeurs étrangers de grand talent ont porté le maillot grenat, à commencer par Karl-Heinz Rummenigge dans les années quatre-vingt, mais aucun ne s'est montré aussi percutant que Bernd Dörfel. Chaussé de bottes de sept lieues, l'Allemand perforait toutes les défenses avec une facilité inimaginable. Capable de gagner des matches à lui seul, il attira les foules aux Charmilles entre 1970 et 1973. Hélas, des ennuis musculaires mirent un terme prématuré à sa carrière. Etabli à Hambourg sa ville natale, il revient régulièrement à Genève où il a conservé un cercle d'amis.

Dans un style différent que Dörfel, José Sinval a lui aussi laissé un souvenir impérissable. Ailier au dribble déroutant, le petit brésilien, qui avait été déniché par Jean-Marc Guillou, enchanta les esthètes de 1986 à 1995. Le départ de Sinval pour l'Espagne coïncidait avec l'apparition de Patrick Muller. L'actuel sociétaire de l'Olympique Lyonnais disputa ses premiers matches en LNA lors de la saison 1995/96. Il retrouvera le public genevois ce 8 décembre. La veille, il aura joué à Gerland un match de la Coupe de la Ligue contre Bastia. L'ex-junior du FC Meyrin sera à coup sûr présent lors de la grande soirée d'inauguration, soit le 30 avril 2003. Un match de l'équipe de Suisse est agendée à cette date.

jd

Haut

Archives :

-Trois matches de l'Euro 2008 au Stade de Genève
-FC Servette : l'Europe est à sa portée
-Les adieux aux Charmilles : de Jacky Fatton à Patrick Muller
-FC BALE : La clef du succès
-L'Euro 2004 : premier bilan
-Valse des entraineurs en Autriche
-Des mécènes font la force du football alémanique


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos