home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

NEWSde Jacques Ducret
Décembre 2002
FC Servette : l'Europe est à sa portée

Un point seulement séparera le FC Servette des autres prétendants à une place européenne à l’ouverture du tour final. le premier week-end de mars 2003. En revanche, l’idée de participer à la lutte pour le titre relève de l’utopie. L’avantage des deux leaders, les Grasshoppers et le FC Bâle, sera respectivement de dix et neuf points.

La lutte est inégale, à la fois sportivement et financièrement. Tout au long des 22 journées de cette phase préliminaire du championnat de LNA, Bâlois et Zuricois ont affiché une supériorité insolente. Ce bras de fer, auquel assistent impuissants tous leurs adversaires, n’est pas sans rappeler celui que se livrent en Ecosse les deux grands de Glasgow, Celtic et les Rangers. Il fut un temps où Aberdeen, alors entraîné par Alec Ferguson, contestait la suprématie de ses rivaux de la métropole écossaise. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Englués dans un championnat peu attractif, Celtic et les Rangers souhaiteraient rejoindre l’élite anglaise, prendre part à un championnat qui leur réserverait des matches plus attractifs et des gains accrus par le biais des redevances de la TV. En Suisse, le FC Bâle et les Grasshoppers signeraient demain un passage en « Bundesliga ». Ce n’est qu’un vœu pieux. Jamais les clubs allemands n’accepteraient de partager une part du gâteau, d’autant plus que celui-ci a perdu de sa surface.

Si les formations du Parc Saint-Jacques et du Hardturm n’auraient apparemment aucune peine, sur le plan sportif, à tenir leur rang en Allemagne, le FC Servette éprouverait plus de difficulté en France.

La déception est grande. Les « grenat » n’ont pas tenu ce rôle de troisième larron qui semblait leur revenir de droit. Les turbulences provoquées par l’abandon de Canal + et le changement d’entraîneur ont eu des répercussions d’une gravité inattendue. Cette anxiété diffuse s’apaisera durant la pause hivernale, espère-t-on. En dépit de son résultat plutôt décevant (4-4), le match de clôture aux Charmilles face aux Young Boys a livré un enseignement fort réconfortant. Le public était au rendez-vous. Le record de la saison a été établi avec 9.293 entrées. Ce chiffre réjouissant laisse augurer un réel succès populaire le 14 mars 2003, date de l’ouverture du Stade de Genève.

La troisième place du FC Thoune, à mi-parcours, s’apparente à un conte de Noël. Avec un entraîneur, Hanspeter Latour, qui habite dans un chalet perché à 1.040 mètres d’altitude et un mini budget de 2,1 millions, le club de l’Oberland cultive une forme de folklore qui cadre mal avec les objectifs ambitieux prônés par le présidence de la Ligue Nationale, Jean-François Kurz. Partisan résolu de la réduction du nombre des clubs, au nom d’un professionnalisme pur et dur , « JFK » doit composer avec un outsider adepte du semi-amateurisme. Pour un contingent de 20 joueurs, la masse salariale annuelle ne dépasse pas le million ! Les qualités de communicateur de Latour, son enthousiasme et surtout sa fidélité à des principes de jeu immuables (4-4-2) expliquent en grande partie la réussite du néopromu.

jd



Haut

Archives :

-Trois matches de l'Euro 2008 au Stade de Genève
-FC Servett
e : l'Europe est à sa portée
-Les adieux aux Charmilles : de Jacky Fatton à Patrick Muller
-FC BALE : La clef du succès
-L'Euro 2004 : premier bilan
-Valse des entraineurs en Autriche
-Des mécènes font la force du football alémanique


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos