home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

NEWS de Jacques Ducret
Mars 2003
Les raisons du limogeage de Roberto Morini

Le Stade de Genève a conquis son public. C’est bien la réussite architecturale annoncée. L’émerveillement des trente mille spectateurs avant le coup d’envoi de la rencontre Servette-Young Boys était palpable sur les gradins en ce dimanche 16 mars. Mais ce sentiment d’euphorie laissait place une heure et demi plus tard à une forme de désenchantement. La formation servettienne n’avait pas été à la hauteur de l’événement. Face aux Young Boys, elle n’avait pas conquis la victoire espérée et elle ne s’était pas réconciliée avec ses supporters.

Le partage des points (1-1) rend plus aléatoire encore la possibilité d’une qualification en Coupe de l’UEFA. Les « grenat » auront bien du mal à décrocher une place qualificative. Ainsi, ils accusent déjà un retard de sept points sur le troisième, Neuchâtel/Xamax. Certes, il reste encore 11 matches à jouer dans ce tour final. La partie n’est pas perdue. Seulement, un redressement ne passera que par un signal fort. Les dirigeants du club l’ont donné au lendemain du match d’ouverture avec l’annonce du limogeage de Roberto Morinini. Cette décision n’a pas été facile à prendre. Le technicien tessinois entretenait de meilleurs contacts avec le comité qu’avec ses joueurs.

Lorsque le Servette FC se séparait de Lucien Favre en mai 2002, cette mesure surprenante devait beaucoup au ras le bol de plusieurs éléments de l’équipe première. Roberto Morinini est victime du même phénomène de rejet. Mais cette fois, le public également réclamait un changement. Frustrés par le spectacle offert aux Charmilles et irrités par la succession d’échec à l’extérieur, de plus en plus de supporters tournaient le dos à l’équipe. La hantise de jouer ce printemps devant des gradins vides au Stade de Genève a forcé le comité directeur à agir.

A 52 ans, Roberto Morinini doit se remettre en question. Son discours trop lisse ne passe plus auprès des médias. Ses conceptions de jeu apparaissent anachroniques. Il quitte donc Genève sur un échec. En 1984, il avait entamé sa carrière d’entraîneur au CS Chênois. Il resta quatre ans aux Trois-Chêne sans jamais obtenir de résultats bien probants. Son grand titre de gloire est d’avoir éliminé l’Inter Milan en Coupe de l’UEFA alors qu’il dirigeait le FC Lugano lors de la saison 1995/96.

jd




Haut

Archives :

-La riche histoire des Young Boys
-Stade de Genève: « J-20 »
-De Köbi Kuhn à Jacques Santini
-Menaces sur les équipes nationales
-L'Autriche et la Suisse hibernent
-La hotte du Père Noël
-Trois matches de l'Euro 2008 au Stade de Genève
-FC Servette : l'Europe est à sa portée
-Les adieux aux Charmilles : de Jacky Fatton à Patrick Muller
-FC BALE : La clef du succès
-L'Euro 2004 : premier bilan
-Valse des entraineurs en Autriche
-Des mécènes font la force du football alémanique


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos