home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

LA CHRONIQUE de Jacques Ducret
Septembre 2003
Me Philippe Burnand : un mandataire enthousiaste

« C’est un outil fantastique ! ». L’enthousiasme communicatif, Me Philippe Burnand plaide avec autant d’éloquence que de conviction la cause du Stade de Genève. Le Conseil d’Etat a bien choisi « the right man in the right place » au poste de mandataire. Passionné de « foot » depuis sa tendre enfance, ce juriste a travaillé pendant sept ans comme cadre au service juridique et commercial de l’UEFA. Aujourd’hui, il empoigne un dossier que l’on qualifiera de brûlant. Il a six mois pour veiller à la finition des travaux et aménagements liés au stade, ainsi qu’à la mise en place de son exploitation.

Sa première mission est la moins ardue : on s’affaire dans les coursives. Le grand chantier de la sécurité est en bonne voie d’achèvement. Les quatre millions injectés par le Conseil d’Etat, sous forme d’avance sur frais, sont employés judicieusement. En revanche, le problème que pose la gestion du stade est d’une grande complexité. Au départ, tout était simple. La société d’exploitation et le Servette FC se confondaient dans la même entité. Mais en sortant du jeu en 2002, Canal + brouillait les cartes. La Fondation du Stade rachetait certes les actions de la chaîne cryptée mais elle perdait le savoir faire d’interlocuteurs rompus aux mille et une questions que soulève la rentabilité d’un complexe sportif de cette importance. A la tête d’une équipe extrêmement réduite, accaparé de surcroît par de multiples tâches de liaison avec les maîtres d’état, Thierry Tribolet, directeur de la société d’exploitation, n’a pas eu humainement le temps de se livrer à un travail de prospection auprès d’éventuels utilisateurs du stade. Il se retire après avoir accompli le labeur le plus ingrat. Son successeur, Tiziano Blua sera plus disponible pour explorer toutes les pistes, même les plus insolites ainsi que le suggère Philippe Burnand : « Avec le centre commercial, l’hôtel et le stade, la palette est large…Et il n’y a pas que le football. Nous avons des contacts pour organiser de grands matches de rugby qui attireraient un fort public de la France voisine. Dans un autre registre, le complexe se prête aussi bien à l’organisation de séminaires d’entreprise qu’à des dégustations de vin ou à des expositions en tout genre. .. »
Notre interlocuteur insiste sur la notion de convivialité qui doit prédominer. Il craint, par exemple, que des mesures de sécurité draconiennes ne permettent pas aux spectateurs genevois de vivre leur « troisième mi-temps » au comptoir des buvettes des coursives. Un plaisir accordé sans restriction aucune au public du Parc Saint-Jacques à Bâle, pourtant bien plus nombreux ! Evoquer le nom du Servette FC provoque un froncement de sourcils. Les difficultés financières des « grenat » ont une incidence inévitable sur l’équilibre budgétaire de la société d’exploitation : « Avec les trois matches de l’équipe de Suisse et le spectacle de Johnny Hallyday, nous avons dégagé un bénéfice qui ne doit pas servir à compenser les pertes subies par le Servette FC pour l’organisation de ses matches à domicile. » Quant au redressement du club, celui-ci dépend notamment de l’arrivée de nouveaux investisseurs, ce que tout le monde souhaite de tous ses vœux.

Les inconvénients du statut mixte de la Fondation du Stade, à savoir la présence de collectivités publiques et de représentants du secteur privé, constituent un frein évident. Qui possède réellement le pouvoir de décision ? Non seulement la Fondation est privée de président depuis la démission du Conseiller administratif André Hediger mais entre représentants du secteur privé et des collectivités publiques, les objectifs ne sont pas toujours les mêmes. Sans l’engagement résolu de toutes les parties impliquées dans cet ambitieux projet, le pire est à redouter. Encore faut-il qu’elles se pénètrent d’une réalité incontournable : un stade de cette envergure n’est pas une source de profit mais il est une vitrine incomparable pour le renom de toute une région.
Jacques Ducret

Haut

» Chroniques précédentes


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos