home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

LA CHRONIQUE de Jacques Ducret
Avril 2004
Avant Suisse-Slovénie à Genève : Les exploits d’un ex-Servettien

Adversaire de la Suisse à La Praille le mercredi 28 avril, la Slovénie a une revanche à prendre sur une cuisante défaite concédée, il y a un an à Nova Gorica sur le score de 5-1. Une véritable gifle qui survenait après un échec traumatisant (5-0) devant la France, à Paris, dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2004. Un joueur surtout sera particulièrement motivé au Stade de Genève : Ermin Siljak. Il retrouvera un public qui fut le sien lors de son passage au FC Servette.

Attaquant racé, il débarquait en février 1998. Alors âgé de 23 ans, le Slovène cherchait à relancer sa carrière. Il sortait d’une expérience malheureuse à Bastia où il avait entretenu des relations conflictuelles avec l’entraîneur Frédéric Antonetti mais non sans avoir démontré de réelles qualités. Sa force de démarrage, sa superbe détente étaient appréciées aux Charmilles. Avec son concours, le FC Servette de Gérard Castella terminait à la deuxième place du championnat 1997/98 et décrochait une place UEFA. La saison suivante, celle du titre, Siljak était stoppé net par une grave blessure récoltée avec sa sélection nationale lors d’un match des éliminatoires de l’Euro 2000, contre la Grèce à Athènes en septembre 1998. On le croyait alors perdu pour le football. Après une année et demi de complète immobilisation, il revenait à la compétition timidement. Au tour final du championnat d’Europe 2000, auquel participait la Slovénie, il se contentait d’un rôle de joker. Après un passage sans éclat à Stockholm sous les couleurs du FC Hammarby, le bondissant Ermin retrouvait toute sa verve en mettant le cap au sud. Le club grec de Panionios l’accueillait en janvier 2002. Malgré sept buts marqués en
douze rencontres de championnat, il ne trouvait pas grâce auprès du sélectionneur Sreko Katanec. Il ne participait donc pas à l’expédition désastreuse des Slovènes à la Coupe du Monde 2002 (trois matches, trois défaites). Mais la nomination du nouveau coach, Bojan Praskinar changeait les données. Siljak est redevenu le fer de lance de l’attaque de la Slovénie. Au tour éliminatoire de l’Europe 2004, il a réussi le tour de force de terminer en tête des marqueurs du groupe 2 avec le même total de buts que le Français Sylvain Wiltord (6).

Actuellement, Siljak voyage beaucoup avec le club chinois Dalian Shide, qui participe à la Champions League d’Asie. Ses débuts ont coïncidé avec une série de trois victoires d’affilée. Il est revenu au pays pour le match amical perdu contre la Lettonie (1-0). Siljak entend bien être présent à Genève afin, comme il le dit : « préparer au mieux le tour éliminatoire de la Coupe du Monde 2006 ! ». La Slovénie a raté de peu son ticket pour le Portugal, éliminée par la Croatie lors des barrages. L’ex-Servettien avait marqué lors du premier match (1-1) mais suspendu, il n’avait pas participé au second perdu 1-0 sur un but du Monégasque Dado Prso. A 30 ans, Ermin Siljak n’a sans doute jamais été aussi fort. Il s’est débarrassé de cette fébrilité qui lui faisait perdre l’essentiel de ses moyens à la finition. En outre, il n’a jamais aussi bien gagné sa vie qu’aujourd’hui. Considéré comme le Real Madrid de l’Extrême Orient, Dalian Shide caracole en tête de son groupe dans cette Ligue des champions d’Asie.

jd

Haut

     » Chroniques précédentes


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos