home
complexe
les acteurs
sponsoring et publicité
accès
contact
liens

LA CHRONIQUE de Jacques Ducret
Juillet 2004
Le FC Servette seul challenger du FC Bâle?

Sans les audaces de Marc Roger, le championnat suisse 2004/05 apparaîtrait dépourvu d’attrait et de suspense. Seul le FC Servette s’est montré aussi actif que le FC Bâle sur le marché des transferts. Les huit autres équipes de la « Super League » se sont confinées dans un attentisme prudent. Elles n’ont pas véritablement cherché à se renforcer. A commencer par les Grasshoppers, toutes accusent une baisse de leur budget.

Les préoccupations économiques prennent le pas sur toute autre considération, aussi bien à Berne, à Zurich qu’à Neuchâtel. Jamais la moyenne des salaires n’a été aussi basse. Ainsi, les artisans de la promotion du FC Schaffhouse ne vont pas s’enrichir. Bien que professionnels à cent pour cent, ils se contenteront d’une paie mensuelle bien modeste, soit entre quatre mille et six mille francs. Assez inattendue, leur ascension doit beaucoup au remarquable travail de leur entraîneur Jürgen Seeberger. Il avait su mettre l’accent sur une maîtrise collective fruit d’une grande discipline. Mais à l’échelon supérieur, cet atout ne suffira pas à masquer quelques lacunes individuelles criardes. D’autant plus qu’il a perdu son attaquant le plus efficace, le Brésilien Francisco Neri (17 buts la saison dernière) passé aux Young Boys.

La masse salariale du néo promu est de 1,32 millions. Elle est dix fois inférieure à celle du champion en titre. Au FC Bâle, même les remplaçants sont grassement payés. Ainsi le Genevois Sébastien Barberis, avec 320.000 frs (chiffre donné par le « SonntagsZeitung ») touche approximativement trois fois plus que le mieux loti du FC Schaffouse ! Seulement, le fils de « Bertine » n’aura pas la possibilité de s’éclater aussi souvent qu’il le souhaiterait sur le terrain. La concurrence est terrible à Saint-Jacques. Djamel Mesbah, le transfuge servettien, s’en apercevra rapidement. Il risque de connaître les mêmes tourments qu’un autre ex-« grenat », Carlos Varela, passé depuis au FC Aarau.

En toute logique, les protégés de Christian Gross survoleront le championnat. Tous les postes sont doublés. L’échec des pourparlers menés avec Patrick Muller a été compensé par
l’engagement d’un authentique international brésilien, Correa Kleber. Seul le FC Servette semble capable d’empêcher un cavalier seul des Rhénans. Sur le papier du moins, la formation genevoise est mieux armée que ses rivales des bords de la Limmat, Grasshoppers et FC Zurich. Ces deux équipes ont la particularité d’être entraînée par deux anciens joueurs servettiens des années quatre-vingt, Alain Geiger et Lucien Favre. Le premier peut compter au Hardturm sur la collaboration de son pote de toujours, Jean-Paul Brigger. Celui-ci en tant que directeur sportif éprouve beaucoup de mal à combler les vides laissés par les départs de Borer au FC Sion, de Petric au FC Bâle et de Tararache au FC Zurich. Quant à « Lulu » Favre, la crainte de revivre une première partie de championnat aussi cauchemardesque que la saison dernière est bien là. Il est privé pour de longues semaines des deux piliers de sa défense, l’Argentin Capria et le Roumain Filipescu.

A l’automne 2005, les Young Boys inaugureront le nouveau Wankdorf. Dans cette perspective, l’entraîneur Hans-Peter Zaugg a réclamé la venue de renforts de qualité. Mais il n’a pas été écouté. La formation bernoise a perdu son attaquant le plus incisif, le Brésilien Leandro, parti à Hanovre. L’Allemagne exerce une grande attraction sur les joueurs suisses. Ainsi Rama, le buteur du FC Thoune, a-t-il pris le chemin d’Augsbourg. Au FC Aarau, c’est le défenseur Keller, autre international, qui franchit le Rhin pour rallier Erfurt. Alors que le grand « espoir » du FC Saint-Gall, Barnetta, se retrouve à Hanovre.

Second représentant romand, Neuchâtel/Xamax n’envisage pas sans appréhension l’abandon de la Maladière au profit de La Charrière à La Chaux-de-Fonds. Prévu pour trois ans, ce changement de stade constitue indéniablement un handicap. Autre point noir, le manque de liquidité qui a provoqué le départ de quelques titulaires. La lutte contre la relégation est déjà engagée.

jd

Haut

     » Chroniques précédentes


Plan du site | 2002 Copyright © Stade de Genève - Web design by Aldemos